Pour faire du savon en saponification à froid

 

- On choisit des corps gras, comme des huiles (huile d’amande douce, d’avocat, de chanvre…) ou des beurres (beurre de karité par exemple). On les porte à 30 – 35°C.

 

- D’un autre côté, on prend de la soude (attention, produit dangereux), que l’on met dans l’eau. Là, se produit une réaction exothermique forte, c’est à dire que la température monte à près de 100°C. On laisse refroidir.

 

Quand la température des deux parties arrive aux alentours de 30 – 35°C, on mélange le tout. On ajoute le lait de jument et autres ingrédients comme les huiles essentielles. Puis, on mélange. C’est à ce moment que ce produit la réaction de saponification. Quand on arrive à un état que l’on appelle « la trace » (c’est à dire que l’outil que l’on utilise pour mélanger laisse la trace de son passage dans le mélange), il est temps de mettre en moule. Là, il faut aller vite car le savon est en train de prendre.

 

Après avoir coulé le savon en moule, on attend 48h environ. Il s’est solidifié et peut être démoulé.

 

Il est alors découpé puis mis à sécher. Le séchage durera au moins un mois et peut se poursuivre bien au-delà. Le savon est alors dur et peut être utilisé.Plus le savon sèche, plus il durcit, plus il dure longtemps à l’utilisation.

 

Dans un savon à froid, toute la glycérine issue de la saponification est conservée, ce qui donne des vertus hydratantes importantes. Comme il n’y a pas de cuisson, les propriétés des ingrédients fragiles comme le lait de jument et les huiles essentielles sont préservées.

 

Toutes les huiles n’ont pas les mêmes propriétés ce qui permet de panacher les différentes recettes et de donner au savon des vertus différentes.

 Le lait de jument apporte un côté hydratant et apaisant. Il a également des propriétés anti-inflammatoires. Tout ceci apporte du confort aux personnes qui ont la peau sèche et fragile ou qui sont atteintes de problèmes comme l’eczéma, le psoriasis, l’acnée…